Traitements de l’hypersomnie : de nouvelles données sur le pitolisant

Actualités Actualités patients

Rédigé par Stephanie LG. et publié le 14/02/2021

Les hypersomnies sont des troubles du sommeil pouvant être invalidantes pour la vie quotidienne. Actuellement, peu de traitements de l’hypersomnie sont disponibles et ils ne fonctionnent pas chez tous les patients. Le pitolisant pourrait être une alternative médicamenteuse intéressante chez les patients résistants ou intolérants aux traitements habituels.

Le pitolisant dans le traitement de l’hypersomnie

Lors de sa mise sur le marché en 2016, le pitolisant a été considéré comme « un progrès thérapeutique mineur » par la HAS (Haute Autorité de Santé) dans le traitement de l’hypersomnie. A ce moment-là, les données disponibles étaient trop peu nombreuses. Néanmoins, compte tenu du « besoin thérapeutique important pour de nouveaux traitements dans cette maladie », la molécule a obtenu l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM).

Le pitolisant est un médicament sous forme de comprimé. Deux dosages sont proposés :  4,5 mg et 18mg. Il est actuellement indiqué dans le traitement de la narcolepsie avec ou sans cataplexie, mais ce n’est pas un traitement de première ligne. La cataplexie est un brusque relâchement du tonus musculaire sans perte de conscience. Dans cette indication, le pitolisant est remboursé à 30%.

Les contre-indications des traitements de l’hypersomnie

Peu de traitements de l’hypersomnie sont disponibles à ce jour. Le mécanisme biologique des hypersomnies n’étant pas clairement identifié, les traitements proposés sont seulement symptomatiques. Ils agissent sur la somnolence diurne excessive. Selon la dernière conférence de consensus, 3 molécules sont utilisées :

  • le modafinil est le traitement de première intention. Cependant, cette molécule présente une toxicité cardio-vasculaire. Il nécessite un bilan pré-thérapeutique comprenant la réalisation d’un ECG (électrocardiogramme) et d’un examen physique. Il faut également surveiller la pression artérielle et la fréquence cardiaque des patients de façon trimestrielle.
  • le methylphenidate intervient en deuxième intention. Son rapport bénéfice/risque est moins bon que le modafinil sur le plan cardio-vasculaire.
  • l’oxybate de sodium présente des contraintes galéniques importantes. En effet, une première dose doit être administrée au coucher puis une seconde 2.5 à 4h après. Son utilisation est de plus contre indiquée en cas de troubles psychiatriques non stabilisés et en cas d’apnées du sommeil. Ces deux pathologies sont souvent associées à l’hypersomnie.

Le pitolisant quant à lui présente des contre-indications différentes : il ne doit pas être utilisé en cas d’insuffisance hépatique sévère et en cas de grossesse et d’allaitement.

Le pitolisant pour les patients résistants ou intolérants

Comme nous venons de le voir, certaines pathologies interdisent l’utilisation des traitements de l’hypersomnie, comme les maladies cardiovasculaires. De plus, le modafinil ne fonctionne pas chez tous les patients. Or, les hypersomnies peuvent avoir un retentissement social, familial et professionnel important. Il y a donc un véritable besoin de nouveaux traitements dans cette pathologie.

Une étude présentée en septembre 2020 au 25ième congrès de l’European Sleep Research Society a réévalué l’intérêt du pitolisant dans le traitement de l’hypersomnie chez les patients résistants aux traitements habituels. Pour les 58 patients ayant reçu du pitolisant pendant 12 semaines :

  • La somnolence a diminué de 17% (échelle d’évaluation de la somnolence d’Epworth)
  • La qualité du sommeil a augmenté de 19% (échelle de la qualité du sommeil de Pittsburgh)
  • La qualité de vie a augmenté de 18% (échelle EQ-5D).

Le pitolisant semble donc être une véritable alternative thérapeutique chez les patients résistants aux traitements habituellement utilisés dans l’hypersomnie, mais également chez ceux souffrant de pathologies cardiovasculaires.

Si l’intérêt du pitolisant dans le traitement de l’hypersomnie semble bien réel, n’oublions pas que les mesures non médicamenteuses sont également très importantes ! Quelques recommandations simples peuvent améliorer la qualité de votre sommeil !

Stéphanie LG, docteur en pharmacie

Sources
– Response to pitolisant therapy in patients with difficult to treat hypersomnia, Kaler J.S. and al., J. Sleep Res. onlinelibrary.wiley.com. Consulté le 8 février.
– French consensus.Management of patients with hypersomnia: Which strategy? sciencedirect.com. Consulté le 8 février.
– WAKIX (pitolisant), antagoniste/agoniste inverse des récepteurs H3 à l’histamine has-sante.fr. Consulté le 8 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.